Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur LREM et rapporteur général de la commission des Affaires sociales a imposé le vote par le Sénat d'une hausse de 40 % de la taxation des contrats santé. Ainsi la taxe qui impacte chaque détenteur de contrat santé "dit responsable" passerait de 13,27% à 18,57%.  Pour les autres contrats santé librement débattus par les assemblées générales des mutuelles, le taux s'établirait à 28,37%.

Notons qu'avec ce niveau de taxe, un contrat de complémentaire santé est trois fois plus taxé qu'un hamburger et que la liberté mutualiste qui rend responsable chaque adhérent de la gestion de sa santé devient un produit de luxe !

A un moment où il est nécessaire de renforcer les solidarités entre nos concitoyens, le Sénat fustige les mutuelles en indiquant qu'elles auraient des frais de gestion démesurés, qu'elles encaisseraient 36 milliards d'euros, oubliant que ces encaissements servent à payer des salariés ainsi que des prestations qui suppléent au désengagement de l'Assurance maladie. En amalgamant les mutuelles, (sociétés de personnes) et les assurances, (sociétés de capitaux), on ne distingue pas ceux qui organisent les solidarités de ceux qui font du profit. Par cette initiative, le Sénat voudrait faire oublier, que sur proposition du gouvernement, la Haute Assemblée a privé l'Assurance maladie des cotisations sociales que l’État a supprimées, sans les compenser.  

La FDPM ne laissera pas se propager la campagne sournoise discréditant les organismes mutualistes laissant, en laissant entendre qu'ils auraient trop de réserves, qu'ils pourraient financer le 100% santé, et assumer la charge de taxes supplémentaires sans répercussion auprès de leurs adhérents.

Les mutuelles sont des entreprises de droit privé soumises à de nombreuses contraintes établies par les pouvoirs publics, elles sont la propriété des adhérents qui les composent. Au-delà de la méconnaissance de l'action des mutuelles par les élus de la Nation, c'est un réel  mépris à leur endroit qui se dessine et qui doit être stoppé, n’ayant pour seul but que de masquer les vrais responsables de la faillite de notre système de santé et la volonté de nos élites de faire disparaitre l'Assurance Maladie.

Le sénateur Vanlerenberghe serait bien inspiré de regarder du côté des  pharma papers milliards versés à de nombreux praticiens par les laboratoires pharmaceutiques. Il pourrait s’alarmer du cout exorbitant de certains traitements et y remédier plutôt que de voter la baisse des crédits aux hôpitaux. Que ne se penche-t-il pas sur une taxation de la publicité faite par les assureurs et les laboratoires pharmaceutiques ?

 A la veille de l’ouverture du Congrès des Maires de France, les sénateurs devraient plutôt saluer le travail accompli dans les territoires, notamment par les petites et moyennes mutuelles de la FDPM, auprès de milliers de communes pour aider leurs populations à accéder à une couverture santé au travers des « mutuelles de village ».


Le Président de la République indiquait ne pas avoir pu "réconcilier le peuple avec ses dirigeants". Cette nouvelle erreur n’est pas prête d’y remédier. 

Pourtant il y a des solutions qui passent par l'écoute, la concertation et la co-construction. Ceci est valable partout et surtout en matière de santé qui nécessite également tolérance et humanité. La FDPM est prête à travailler sur ces bases, il y a urgence face à la détresse de nos concitoyens, l'important étant de ne pas reproduire les erreurs accumulées jusqu'à ce jour....

Coordonnées

Adresse FDPM
32, Avenue Georges Clémenceau
34000 - MONTPELLIER

Contactez-nous

Téléphone
09 53 10 53 49
Mail
contact@fdpm.fr