Les Petites et Moyennes Mutuelles (PMM) accueillent avec satisfaction l’appel du Chef de l’Etat de ce lundi 13 avril à savoir « dans ce moment, sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer – moi le premier ».

Dans ce contexte de crise sanitaire et de prolongement de mesures de confinement à fort impact économique et social, le Président de la République serait-il devenu le « premier mutualiste de France » ?

L’idée n’est pas pour nous déplaire si l’on crée enfin les conditions pour qu’humanisme, solidarité, santé, protection sociale, secours reprennent leur juste place.

Il s’agit maintenant de préparer l’avenir à l’aune de ce qu’a révélé la crise et des enseignements que le Chef de l’Etat en tirait déjà dès sa première prise de parole le 12 mars dernier : « ce que révèle cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat Providence ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marchés ».

La FDPM avait déjà noté avec satisfaction ce virage social qui montre le désarroi de toute une classe politique qui, mandature après mandature, n’a su s’affranchir de la vision comptable et financière de la santé et de la protection sociale dictée par la technostructure en place. Cette vision produit les dommages collatéraux dont on mesure l’impact aujourd’hui.

Malgré la demande formulée auprès du Premier Ministre et du Ministre des Solidarités et de la Santé, nous ne savons pas encore si cette pandémie sera classée catastrophe sanitaire nationale avec la prise en charge par le budget national de l’intégralité des dépenses liées aux hospitalisations et autres dépistages du COVID-19. Nous connaissons cependant déjà le premier coût de la déshérence dans laquelle a été laissé le service public de la santé et ses personnels… Ce sont déjà 8 milliards d’euros (un équivalent de 7 points d’ONDAM… ; et ce n’est qu’un début…).

Cette crise révèle l’état de sous-développement en matière de santé et de protection sociale de la 6ème puissance mondiale qu’est la France et un aveu de faiblesse pour notre système de santé que nous vantions il y a encore peu de temps comme « le meilleur au monde ».

Alors, un virus passe et tout trépasse ? Non !

De nombreuses personnes sont debout et combattent, en premier lieu, celles qui sont touchées et se battent contre cette maladie, celles qui les soignent et celles qui font que notre pays est lui aussi encore debout dans toutes ses fonctions vitales ! La société civile fait preuve de responsabilité, s’auto-organise, et révèle de grandes capacités de solidarité et d’humanité.

Dans ce cadre, l’ensemble des mutuelles et leurs personnels jouent leur rôle naturel d’amortisseur de crise dans les territoires, notamment par leur mission d’écoute et le service des prestations aux adhérents.

Cette pandémie vient nous rappeler que 75 ans après la création de la Sécurité Sociale, aucun autre système solidaire n’a fait mieux et qu’il nous faut encore approfondir une œuvre généreuse mais inachevée.

Pensons dès à présent les solidarités de demain. La FDPM fera des propositions concrètes pour que chaque citoyen puisse reprendre possession de sa santé et que le système de solidarité entre les générations retrouve la place qu’il n’aurait jamais dû perdre.

Coordonnées

Adresse ADPM - FDPM
Immeuble le Triangle - 10e étage
26, allée Jules Milhau
34000 - MONTPELLIER

Contactez-nous

Téléphone
09 53 10 53 49
Mail
contact@fdpm.fr